Théorie Marxiste

Le capitalisme

jccapital

En faisant un constat de la société actuelle, on se rend compte que beaucoup de personnes gagnent mal leurs vies, ont du mal à boucler les fins de mois…
A l’opposé, d’autres vivent dans l’opulence, les 10% de la population la plus aisée en France se partagent 50% de nos richesses. Par exemple, Liliane De Betancourt, 3ème plus grosse fortune nationale, gagne un SMIC par minute.

Toutes ces inégalités ont conduites des hommes à s’interroger sur leur pourquoi, ces réflexion sont à l’essence du communisme…

En effectuant un retour sur l’évolution humaine, le capitalisme n’a pas toujours existé. Au début, à l’époque préhistorique le système de production en place avait pour but uniquement la survie de l’espèce humaine. Chacun au sein de la communauté avait une tâche, et chaque tâche était inter dépendante des autres, il n’existait pas de rapports d’exploitation entre les individus car ils étaient tous égaux et représentaient chacun un maillon d’une chaîne.

Dès l’antiquité, on a vu apparaître une classe qui a réussi à vivre du travail des autres. C’est la naissance de l’exploitation qui se traduit en particulier par l’esclavagisme.

Au Moyen Age, la forme de l’exploitation de l’homme par l’homme se transforme. On passe d’un système esclave/maître à un rapport paysan/noble. Le paysan travaille sa terre, il garde une partie de sa récolte pour vivre et il donne l’autre partie à son seigneur, qui lui offre en échange la protection en cas de guerre.

Le capitalisme prend naissance au 18ème 19ème siècle. Les révolutions, au travers du monde, ont permis de rompre avec le système féodal (ex Révolution de 1789 en France). Mais de manière générale et pour tout les pays qui a ce moment n’ont pas connu de révolution, on se rend compte qu’à la fin du système féodal les artisans ont pris une place prépondérante dans le système de production. Ils ne produisaient plus uniquement dans l’optique d’obtenir des biens et services mais tout simplement pour faire de l’argent. Ces artisans deviennent donc une classe au sein du « tiers état », ils sont les bourgeois et ces derniers vont prendre le pouvoir à la place des nobles. Ils vont mettre en place de grands ateliers de production qui vont conduire les paysans à devenir des ouvriers et les bourgeois/commerçants, des industriels. Ce nouveau système va permettre de produire plus de richesses, et sera possible grâce à l’accumulation de capital, d’où capitalisme.

Karl Marx

Marx

Le capitalisme conduit à la création d’inégalités qui sont celles que l’on peut voir chaque jour dans notre quotidien. A l’époque où ce système productif a assis sa suprématie sur le système féodal, des personnes, comme nous l’avons déjà dit, ce sont inquiétées de ces injustices. Il faut savoir que ces dernières étaient encore plus visibles à cette époque car il n’y avait pas de droits sociaux pour servir de « parachute » à la pauvreté. Karl Marx est une figure dans ce genre d’interrogation.

Il va montrer le changement dans le rapport d’échange.

Si on considère A l’argent, M une marchandise et A+ une somme d’argent supérieure à A. Les systèmes précédents le capitalisme ont donc la forme :

M–> A –> M

Ici, l’argent est un intermédiaire à un troc et le but n’est pas de retirer de la richesse de l’échange mais une utilité pour vivre.

Dans le système capitalisme on a :

A–> M –> A+

Ici, c’est la marchandise qui sert d’intermédiaire pour faire de l’argent.

Au début, on pensait que les industriels s’enrichissaient car ils vendaient leurs marchandises plus chères. En réalité, Marx montre que leur enrichissement se fait sur le travail qui a permis la transformation de la marchandise.

Le travail devient donc un indice pour fixer le rapport d’échange. La valeur d’un bien sera fixée par la quantité de travail incorporée à celui-ci. C’est sur l’exploitation de leurs travailleurs que les capitalistes se font donc de l’argent.

Marx va montrer comment les capitalistes ont réussi à faire autant d’argent sur leurs ouvriers.

Il découvre que les ouvriers pensent être payés pour ce qu’ils produisent, hors ils sont payés pour le renouvellement de leur force de travail.

Payer pour le renouvellement de la force de travail, c’est donner un salaire juste nécessaire à ce que l’ouvrier fasse vivre sa famille. En réalité, l’ouvrier produit plus que cette somme.

Imaginons qu’un ouvrier permette à son entreprise de lui rapporter 4000 euros par mois. Son patron lui donnant seulement 1200 euros, somme suffisante pour vivre, ainsi l’industriel va gagner 2800 euros sur la tête de son ouvrier. Voilà comment se traduit le rapport d’exploitation dans le système capitaliste.

Cette technique est toujours utilisée par les entreprises pour se faire de l’argent, il suffit de d’ouvrir les journaux pour lire que des multinationales font des profits records et de s’étonner sur la page d’en face de voir leurs employés manifester pour l’augmentation de leur pouvoir d’achat.

Les avancées sociales ont souvent permis de faire diminuer l’exploitation. Par exemple, dans les années 70, en France , on avait un rapport pour la répartition de la richesse nationale, comme ci-dessous :

70% pour les salaires et les cotisations sociales (retraites, maladie…)
= le salaire socialisé
30%s profits nets des capitalistes, les intérêts des banques et l’impôt redistribué à l’Etat.

Actuellement, le rapport de force entre capitalisme et classe dirigée peut s’établir de la manière suivante :

60% 40%

Les salaires en 30 ans n’ont pas augmenté, pour masquer cela les capitalistes ont baissé non pas le salaire en lui-même mais les cotisations sociales…

Aujourd’hui, les bourgeois s’attaquent à l’ensemble du salaire socialisé pour gagner encore dans le rapport de partage de la richesse. C’est pourquoi on a actuellement des luttes pour les retraites, contre le CPE…

On peut même noter que les capitalisme semblent tenter de trouver de l’argent là ou il n’y en avait pas à la base, c’est la logique de rentabilité du service publique d’où la privatisation de l’énergie, des facs…

Compte-rendu de la formation du samedi 24 novembre écrit par Vanessa.