Veillée pour Gaza

Veillée contre l’apartheid et les crimes sionistes subis par tous les palestiniens.

Commémoration face à l’horreur du bombardement de Gaza la nuit du 8 et 9 août. Une femme palestinienne enceinte et sa fille de 18 mois tuées.

Mouvement coordonné par le Collectif Stéphanois de Soutien au Peuple Palestinien.

Publié par Secretaire Orga dans Actualités
HUIT QUESTIONS QUE LES QUEERS PALESTINIEN-NES SONT FATIGUÉ-ES D’ENTENDRE. GHAITH HILAL 27-11-2013

HUIT QUESTIONS QUE LES QUEERS PALESTINIEN-NES SONT FATIGUÉ-ES D’ENTENDRE. GHAITH HILAL 27-11-2013

(Article traduit avec l’aide des Sampianes)

Ghaith Hilal est un militant queer palestinien originaire de Cisjordanie et membre de la direction de Al-Qaws depuis 2007.

 

On pourrait croire que le principal objectif d’un groupe de militant-es queer en Palestine, comme nous, Al-Qaws, est de déconstruire et de mettre à bas toute hiérarchie sexuelle et de genre au sein de  notre société, la tâche pouvant sembler interminable.

 

C’est le cas. Mais on pourrait penser le contraire, à en juger des questions récurrentes qui nous sont posées lors de nos conférences et autres évènements, ou encore d’après les demandes que nous recevons des médias et d’autres organisations internationales.Pourtant, les questions récurrentes posées lors de nos conférences ou événements ou les demandes que nous recevons des médias ou des organisations internationales pourraient nous faire penser le contraire.

 

Nous voulons mettre un terme à cela une bonne fois pour toutes., Ce n’est pas notre tâche d’éduquer les gens sur leurs privilèges. Mais avant d’annoncer notre abandon officiel de cette tâche, voici les huit questions qui nous sont le plus souvent adressées, et la réponse définitive que nous leur apportons.

 

 

  1. ISRAEL N’EST-IL PAS UN REFUGE POUR LES QUEERS PALESTINIEN·NES ?

 

Bien sûr que si : le mur de l’apartheid est revêtu de portes roses scintillantes, prêtes à s’ouvrir pour quiconque prend une posture fabuleuse. En fait, c’est pour protéger les queers palestinien-nes qui chercheraient un refuge à l’abri des palestinien·nes homophobes qu’Israël a dressé le mur.

Mais sans plaisanter, c’est « Israël » qui crée des réfugié·es, il n’en abrite pas.  on n’a jamais vu, pas une seule fois, de palestinien·nes, descendant·es d’une ou de familles déplacées de force, parfois massacrées, souvent jetées en prison sans accusation, transcender comme par magie l’héritage toujours vivant de cette histoire pour se voir accorder le droit d’asile en « Israël », cet État qui a commis toutes ces atrocités.

Quand des gens parviennent à traverser le mur et à arriver à Tel Aviv, illes sont traité·es comme des « clandestin·es ». Illes sont contraint·es de vivre et de travailler dans des conditions déplorables tout en évitant d’être arrêté-es.

 

  1. LES PALESTINIEN·NES NE SONT-ILLES PAS TOUS ET TOUTES HOMOPHOBES ?

 

Les Américain·es ne sont-illes pas tous et toutes homophobes ?

Bien sûr que non. Malheureusement, les représentations occidentales des Palestinien·nes, et tout particulièrement des palestinien·nes lesbiennes, gays, trans ou queer, ont tendance à ignorer la diversité de la société palestinienne.

Cela dit, les Palestinien-nes vivent sous occupation militaire depuis des décennéies. Cette occupation exacerbe les différentes formes d’oppression existantes dans chaque société.

En revanche, notre lutte ne s’articule pas que par rapport à l’homophobie. Il s’agit d’une approche précise venant d’un type de militantisme dans le nord globalisé.

Comment pouvons-nous isoler l’homophobie dans un système d’oppression complexe (le patriarcat) qui opprime les femmes, et les personnes ne se conformant pas aux genres attendus ?

 

  1. COMMENT FAITES-VOUS FACE A VOTRE PRINCIPAL ENNEMI, L’ISLAM ?

 

Ah, parce que nous avons un ennemi principal maintenant ?  Si nous devions identifier un ennemi principal, ça serait l’occupation, pas la religion – que ce soit l’Islam ou une autre.

Des formes plus intégristes de religion bénéficient à l’heure actuelle d’un renouveau à l’échelle mondiale y compris dans de nombreuses sociétés occidentales.

Nous ne considérons pas que la religion soit un enjeu majeur ou un défi exceptionnel pour nous. Cela dit, une augmentation du sentiment religieux, peu importe lequel, entraîne  presque toujours plus de barrières pour celles et ceux qui cherchent à promouvoir le respect de la diversité de genre et sexuelle.

Tout au long de son histoire, le nationalisme palestinien s’est distingué par son respect de la laïcité. Un ensemble de valeurs culturelles en découlent, utiles pour défendre les LGBTQ palestinien·nes.

De plus, la religion est souvent une composante importante de l’identité des personnes LGBTQ palestiniennes. Nous respectons toutes les identités présentes dans nos communautés et donnons l’espace nécessaire à la diversité.

 

  1. Y A-T-IL DES PALESTINIEN·NES AYANT FAIT LEUR COMING-OUT ?

Merci d’avoir posé cette question. Nous avons d’excellents charpentiers palestinien·nes gays qui fabriquent de si formidables placards pour queers, dotés de tout le confort occidental dont on puisse rêver, qu’on ne voudrait jamais en sortir.

Encore une fois, cette notion de coming-out – ou la politique de la visibilité – est une stratégie qui a été adoptée par certain·es militant·es LGBT du nord globalisé, du fait de circonstances spécifiques. Imposer cette stratégie au reste du monde, sans prendre le contexte en compte, est un projet colonial.

Demandez-nous plutôt quelles stratégies de changement social s’appliquent à notre contexte, et si la notion de coming-out est pertinente ou non.

 

  1. POURQUOI N’Y A-T-IL PAS D’ISRAÉLIEN·NES DANS AL-QAWS ?

 

Le colonialisme n’est pas une question de méchant·es faisant du mal aux autres (les « méchant·s » israélien·nes ne volent pas le goûter des queers palestinien·nes). Être super « gentil·le » ne fait pas disparaître comme par magie les systèmes d’oppression.

Notre organisation milite au sein de la société palestinienne, malgré les frontières imposées par l’occupation. Les problèmes auxquelles les LGBTQ israélien·nes font face n’ont rien à voir avec ceux des palestinien·nes.

Nous parlons de deux sociétés différentes avec des histoires et des cultures différentes ; le fait qu’ils occupent notre terre à l’heure actuelle ne fait pas de nous une seule et même société.

De plus, être queer n’élimine pas les dynamiques de pouvoir entre colonisé·e et colonisateur/trice, qu’importe les meilleures intentions possibles.

Nous résistons au discours de la « famille gay mondiale, rose et heureuse ».  S’organiser exclusivement entre palestinien·nes est essentiel à la décolonisation et à l’amélioration de la société palestinienne.

 

  1. J’AI VU CE FILM SUR DES PALESTINIEN·NES GAYS (INVISIBLE MEN/BUBBLE/ALATA (OUT IN THE DARK), ETC .) ET JE PENSE AVOIR BEAUCOUP APPRIS SUR VOTRE LUTTE

 

Vous voulez dire des films qui ont été tournés par des réalisateurs israéliens ou juifs privilégiés, montrant les israélien·nes blanc·hes en sauveurs et les palestinien·nes en victimes  qui doivent être sauvées ? Ces films privent les queers palestinien-nes de leurs capacités à se faire entendre en les posant en victimes qu’il faut sauver de leur propre société.

De plus, ces films se basent sur les clichés racistes de l’homme arabe instable et dangereux. Ces films ne sont rien d’autre que de la propagande et du pinkwashing, financés par le gouvernement israélien, saupoudrés d’une histoire d’amour oppresseur/opprimé poignante.

Si vous voulez en savoir plus sur la réalité de notre communauté et de notre lutte, essayez d’écouter ce que les queers palestinien·nes ont à dire, sur le site de Al-Qaws ou de Palestinian Queers for BDS.

 

  1. N’EST-IL PAS PLUS URGENT DE SE BATTRE POUR LES DROITS DES GAYS QUE CONTRE LE PINKWASHING ?

 

Les groupes LGBT institutionnels  et dominants du Nord voudraient nous faire croire que les queers vivent dans un monde séparé, lié·es à leurs sociétés seulement quand il s’agit d’être victimes de l’homophobie.

Mais on ne peut pas avoir de libération queer tant que l’apartheid, le patriarcat, le capitalisme et d’autres oppressions existent. Il est important de cibler les liens entre ces forces oppressives.

De plus, le pinkwashing est une stratégie utilisée dans le cadre de la campagne Brand Israel pour recueillir le soutient de queers dans d’autres parties du monde. Ce n’est rien d’autre qu’une tentative de rendre le projet sioniste plus attirant aux yeux des personnes queers.

C’est encore la répétition d’un fantasme colonial aussi familier que toxique – que les colonisateurs peuvent apporter quelque chose d’important et de nécessaire, que les colonisé·es ne sont pas en mesure d’avoir par eux/elles-même.

Le pinkwashing nous prive de nos voix, de notre histoire et de notre pourvoir d’agir, en clamant au monde qu’Israël sait ce qui est le mieux pour nous. En visant le pinkwashing, nous regagnons notre force, notre histoire et nos corps, nous déclarons au monde ce que nous voulons et comment nous soutenir.

 

  1. POURQUOI UTILISEZ-VOUS DES TERMES DE « L’OCCIDENT » TELS QUE LGBT OU QUEER POUR DÉCRIRE VOTRE LUTTE ? COMMENT RÉPONDEZ-VOUS A CETTE CRITIQUE ?

 

Bien que nous ayons parfois été qualifié-es de  complices d’Israël, étiquetté·es, naïf-ves et occidentalisé-es (par des gens basés en Occident), nos militant·es ont des décennies d’expérience et d’analyse de terrain sur l’impérialisme culturel et sur l’orientalisme.

Cela a fournit de la matière à plus d’un universitaire itinérant. En revanche, le travail de celles et ceux qui sont dans leur tour d’ivoire ne rend rarement, voire jamais, de comptes à celles et ceux qui travaillent sur le terrain, pas plus qu’il ne reconnaît son pouvoir (dérivé de cette même économie coloniale) sur les militant·es.

Nous aons des comptes à rendreà nos groupes locaux et aux valeurs développées grâce à des années d’organisation.

Le langage est une stratégie, mais il ne donne pas à voir la totalité de qui nous sommes et ce que nous faisons. Les mots qui ont gagné une valeur mondiale – LGBTQ – sont utilisés avec précaution dans nos mouvements populaires. Tout simplement parce que de tels mots ont émergés dans un contexte et àun moment politique particuliers, cela ne veut pas dire qu’ils portent le même contenu politique quand ils sont employés dans notre contexte.

Le langage que nous utilisons est toujours revu et étendu à travers notre travail. Le langage promeut les discussions et nous pousse à réfléchir de manière plus critique, mais aucun mot, qu’il soit en anglais ou en arabe, ne peut faire le travail. Cela, seul un mouvement le peut.

Publié par Secretaire Orga dans Actualités, International
ENCORE UN PROCÈS ! Rassemblement pour Ivan, Nina et Jules : mardi 5 déc. 13h, Cour d’appel de Lyon

ENCORE UN PROCÈS ! Rassemblement pour Ivan, Nina et Jules : mardi 5 déc. 13h, Cour d’appel de Lyon

A PARTAGER LARGEMENT !

Encore un appel qui tombe, cette fois-ci celui de Jules Yvan et Nina. La justice continue de réprimer ceux qui osèrent lutter contre la Loi Travail, plus d’un an après. Plus d’un an de poursuites et de harcèlement afin de punir toute contestation, toute résistance.

Le 12 Mai 2016, Jules, Yvan et Nina, au cours d’une manifestation contre la Loi Travail, ont déployé une banderole du balcon de la permanence de Jean-Louis Gagnaire alors député et fervent défenseur de la Loi Travail. La police qui les attendait à l’intérieur, après les avoir tenus en joue et malmenés, portera plainte aux côtés de M. Gagnaire prétextant de nombreuses blessures.

Le 13 Juillet 2016, Jules Yvan et Nina se sont vus relaxés. Cependant, Messieurs le procureur, Jean-Louis Gagnaire ainsi que la police qui réclamaient entre quatre et douze mois de sursis, 500 et 600€ d’amende par personne ainsi que trois à cinq ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique, firent appel dans un « grand soucis de justice ».

Après de longs mois d’attente, la date de l’appel nous est parvenue.

Nous vous invitons tous et toutes à venir assister à l’audience à 13h, 5 décembre 2017 à la Cour d’Appel de Lyon !

SOYONS NOMBREUX A VENIR POUR EXPRIMER NOTRE SOLIDARITÉ !

Départ en bus à 11h30 du parking du stade Geoffroy Guichard (covoiturage possible également au même rendez-vous) pour un retour vers 18h s’inscrire auprès de son syndicat.

Communiqué de l’UL CGT SAINT-ÉTIENNE

 

Publié par Secretaire Orga dans Actualités, Communiqués
SCANDALE ! MARTIN UNE NOUVELLE FOIS EN PROCÈS LE 5 FÉVRIER A LYON !

SCANDALE ! MARTIN UNE NOUVELLE FOIS EN PROCÈS LE 5 FÉVRIER A LYON !

La justice de classe a une nouvelle fois frappé : Martin P. devra se représenter à la Cour d’appel de Lyon le lundi 5 février…

La raison ? La justice a décidé d’analyser des éléments que l’accusation n’avait pas joint au dossier conformément aux prescriptions légales.

Mais quand il s’agit de réprimer un militant politique et syndical, on peut recommencer sans problème un troisième procès.

On veut se payer la tête de notre camarade et pour cela, on use de toutes les ficelles pour arriver à ses fins.

“Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

Vous êtes en France, nous sommes en 2017.

RELAXE POUR NOTRE CAMARADE !

Communiqué de l’UL CGT SAINT-ÉTIENNE

Publié par Secretaire Orga dans Actualités, Communiqués
Déclaration commune de 36 organisations de jeunesse communistes réunies à Sochi en Russie, au 19ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants, consacrée aux 100 ans de la Révolution Socialiste d’Octobre

Déclaration commune de 36 organisations de jeunesse communistes réunies à Sochi en Russie, au 19ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants, consacrée aux 100 ans de la Révolution Socialiste d’Octobre

A l’occasion du 19ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants, organisé par la FMJD, à Sochi en Russie, du 14 au 22 octobre, 36 jeunesses communistes du monde entier se sont réunis et ont publié à l’issue de leurs travaux la déclaration suivante consacrée aux 100 ans de la Révolution d’Octobre. Traduction NK.

Nous continuons sur la route d’Octobre rouge – Nous renforçons notre lutte pour le socialisme

Nous, 36 organisations de jeunesse communiste des quatre coins du monde, à l’occasion de notre participation au 19ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Étudiants, avons organisé en Russie le 18/10/2017, une activité commune dédiée aux 100 ans de la Révolution d’Octobre et déclarons ce qui suit:

Nous honorons collectivement les 100 ans de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre! Nous honorons l’événement historique mondial exceptionnel du 20ème siècle qui a prouvé que le capitalisme n’est pas perpétuel et invincible, et prouvé que les peuples, par leur lutte, peuvent renverser le capitalisme et construire une société supérieure : le socialisme.

Nous honorons l’événement qui a prouvé que tous les grands problèmes auxquels les jeunes sont confrontés dans le monde capitaliste: guerres impérialistes, occupation, vagues de réfugiés et immigration forcée, crise capitaliste, exploitation, chômage, droits brisés au travail, discrimination contre les femmes, inaccès à l’éducation, à la culture et aux sports peuvent être résolus par la prise du pouvoir par la classe ouvrière et par le renversement révolutionnaire du capitalisme. Dans les pays où le socialisme a été construit, la jeunesse a connu d’importants succès qui, même aujourd’hui, semblent un rêve lointain pour la jeunesse de nos pays tels que l’accès à tous les niveaux de l’éducation, à un travail accessible et stable, au sport et à la culture.

La Grande Révolution Rouge d’Octobre a trouvé un pays pauvre et l’a transformé en une puissance mondiale, se trouvant aux côtés de tous les peuples qui ont défié l’impérialisme et ayant vaincu le fascisme nazi. Ce fut une source d’inspiration pour les peuples du monde entier, les incitant à se battre pour leur émancipation.

Le renversement du socialisme, la dissolution de l’URSS et la restauration du capitalisme en Russie et dans d’autres pays socialistes ne nous font pas peur. Nous déclarons de manière décisive que le 21ème siècle sera le siècle de nouvelles révolutions socialistes.

Il y a exactement 100 ans, la glace a été brisée et la route s’est ouverte ! Maintenant, cette route est devant nous! Prenons-la jusqu’à la grande victoire finale du socialisme-communisme.

Nous continuons sur le chemin d’Octobre Rouge. Nous renforçons notre lutte commune.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!

 

Organisations de jeunesse communiste signataires :

1. Fédération des jeunes communistes – Argentine

2. Jeunesse communiste d’Autriche

3. Union de la jeunesse du Bangladesh

4. Union des étudiants du Bangladesh

5. Union de la jeunesse communiste – Brésil

6. Ligue des jeunes communistes du Canada

7. Jeunesse communiste colombienne

8. Jeunes socialistes de Croatie

9. EDON – Chypre

10. Union de la jeunesse communiste – République tchèque

11. Jeunesse communiste d’Equateur

12. Jeunesse ouvrière socialiste allemande

13. Ligue des jeunes communistes de Grande-Bretagne

14. Jeunesse communiste de Grèce

15. Jeunesse communiste du Guatemala

16. Fédération de jeunesse de toute l’Inde

17. Fédération démocratique de la jeunesse l’Inde

18. Ligue des jeunes communistes d’Israël

19. Front de la jeunesse communiste – Italie

20. Union de la jeunesse démocratique jordanienne – UJDY

21. Fédération des jeunes communistes – Mexique

22. Fédération des étudiants démocratiques du Pakistan

23. Ligue révolutionnaire de la jeunesse communiste (bolcheviks) – Russie

24. Union de la jeunesse communiste léniniste de la Fédération de Russie

25. Ligue des jeunes communistes de Yougoslavie – Serbie

26. Union de la jeunesse communiste d’Espagne

27. Collectifs des jeunes communistes – Espagne

28. Union de la jeunesse socialiste – Sri Lanka

29. Union des étudiants socialistes – Sri Lanka

30. Jeunesse communiste révolutionnaire – Suède

31. Jeunesse communiste de Suisse

32. Union de la jeunesse communiste syrienne – Khaled Bakdash Youth

33. Jeunesse communiste de Turquie

34. Union de la jeunesse communiste léniniste d’Ukraine

35. Ligue des jeunes communistes des États-Unis

36. Jeunesse communiste du Venezuela

37. Jeunesse Communiste du Danemark

Publié par Secretaire Orga dans Communiqués, International
72e anniversaire de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique

72e anniversaire de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique

Pendant les temps durs et les conditions difficiles de la seconde guerre mondiale, les jeunes progressistes du monde n’étaient pas seulement en première ligne pour combattre le nazisme et le fascisme, mais ils bâtissaient également des ponts de communication et de coopération avec pour but de défaire leur ennemi commun.

Des millions de jeunes à travers le monde, même après la guerre et l’écrasement du fascisme, étaient inspirés pour une unité plus large au niveau international. C’était plus qu’un but pour les jeunes, c’était un devoir et une nécessité quand le 10 novembre 1945, au milieu des ruines laissées par la seconde guerre mondiale, la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique (FMJD) était fondée.

La fondation de la FMJD s’est faite lors d’un congrès international hébergé dans l’Albert Hall à Londres. Le congrès a rassemblé le monde entier, par les jeunes du monde qui partageaient une vision et des besoins communs. Depuis le 10 novembre 1945, la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique suit le chemin de la lutte, auprès des jeunes, des pauvres et des peuples opprimés du monde entier. Depuis lors, la FMJD est engagée dans cette position jusqu’à la fin de l’impérialisme, du fascisme, de la colonisation, de l’occupation, de la guerre, de l’exploitation et de la misère pour les peuples. Depuis lors, il n’y a pas de luttes légitimes que la FMJD ne supporte pas.

72 ans d’histoire sont atteints aujourd’hui, qui signifient que la FMJD a surmonté à travers son histoire, toutes les difficultés de toutes les périodes historiques avec succès. Les succès de la FMJD ont constitué la fédération comme « l’espoir » de millions de jeunes dans le monde, des jeunes qui sont motivés par les idéaux de la solidarité internationale et de l’amitié.

Le 72e anniversaire de la FMJD, est un événement qui balise les raisons des luttes de ses militants d’aujourd’hui. Dans la période actuelle de l’action de la FMJD, l’impérialisme conforte de plus en plus la domination des grands monopoles grâce aux guerres, aux invasions et interventions. La désolation et la mort sont répandus par les forces impérialistes dans leurs tentatives pour contrôler les ressources naturelles et axes de transports d’Etats souverains. Le fascisme monte à nouveau dans plusieurs parties du monde, et le fondamentalisme se développe avec encore plus de danger, démontrant qu’ensemble, avec le fascisme ils sont les outils entre les mains des impérialistes.

Ainsi, l’histoire de la FMJD est un témoignage pour le choix de la voie à suivre, elle s’impose comme un devoir pour ses militants pour montrer les alternatives à travers les luttes, elle impose la responsabilité pour la jeunesse anti-impérialiste internationale de montrer le pouvoir de la solidarité, de l’amitié et de l’anti-impérialisme. C’est histoire qui envoie le message clair que, ensemble, tous les membres de la FMJD continueront de porter les aspirations de la gauche, de la jeunesse progressiste et anti-impérialiste.

Tous les anniversaires de la FMJD constituent une étape démontrant la continuité de la lutte anti-fasciste, anti-guerre et anti-impérialiste, c’est aussi le temps d’honorer tous ceux qui sont venus avant nous aujourd’hui et se sont sacrifiés dans la lutte pour la paix, la solidarité et la justice sociale.

Vive la solidarité internationale

Vive le mouvement de jeunes anti-impérialiste !

Vive la FMJD !

Budapest, le 10 novembre 2017
Au nom de la FMJD, la direction générale.

Publié par Secretaire Orga dans Communiqués, International
La caisse de solidarité, en toute transparence (Mise à jour le 13/10/17)

La caisse de solidarité, en toute transparence (Mise à jour le 13/10/17)

Depuis plus d’un an, les Jeunes Communistes de la Loire organisent la solidarité envers tous les jeunes poursuivis en justice pour leur mobilisation contre la Loi Travail.

Pour que tout le monde sache où nous en sommes, et se sente concerné par cette caisse de solidarité, nous voulons évoluer en toute transparence.

Au 13 octobre 2017, le montant de la caisse de solidarité s’élève à 9 182 €

Manifestations de mai: 698€

Soirée de soutien: 500€

Chèques individuels:  260€

Fête de l’Humanité Loire: 260€

Avatarium: 160€

Rassemblement devant le 9.9 le 2 juin: 410€

Rassemblement du 3 juin devant le Tribunal: 260€

Bar de la JC le 3 juin: 135€

Manifestation de juin: 345€

Soirée au Bar et Vous: 64€

Projections de Films: 213€

Apéro solidaire à la JC: 45€

Chèque CNT : 300€

Chèque SNES42 : 100€

Chèque BDS42 : 100€

Concert Cavalerie le 21 juin: 407€

Rassemblement du 23 juin: 161€

Apéro militant à la JC le 24 juin: 81€

Manifestation du 28 juin: 153€

Fête populaire du PCF à Mably: 188€

Chèques individuels: 375€

Soirée de soutien à l’Excuse-Bar: 107€

Journée du 13 juillet devant le Tribunal + Soirée de solidarité: 2074€

Fête de l’Humanité: 1465€

Chèque de la section de Saint-Étienne du PCF: 1000€

Chèques individuels: 100€

Dons individuels: 170€

Dons individuels: 190€

Soirée de soutien à la Gueule Noire: 773€

Banquet de la JC: 310€

Congrès de l’ANECR: 776€

Premiers frais de justice payés: -254€

Soirées de soutien: 885€

Chèque FSU: 300€

Don du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme: 70€

Chèque UL CGT: 500€

Don militants FI et syndicaux: 160€

Don Los[K]soS: 300€

Comité CGT des travailleurs privés d’emplois et précaires de Saint-Etienne: 175€

Fête de l’Humanité 2017: 526€

Frais d’avocat: -1300€

Indemnité demandée par la Police: -5000€

Soirée de soutien JCL du 6 octobre + dons: 500€

Don UD CGT 69: 140€

Pour faciliter la comptabilité, tout est arrondi à l’euro supérieur. La différence à été prise dans la caisse de la JC.

Nous devons donc continuer de multiplier les actes de solidarité.

Si par chance, la somme récoltée est supérieure à celle des amendes, la différence ne finira pas dans les caisses de la JC, mais sera utilisée pour de futurs convocations, jugements, etc.

Pour la JC Loire,
Simon Poudroux, ex-trésorier fédéral et Clément Dubien, trésorier fédéral.

Publié par Secretaire Orga dans Actualités, Communiqués